Pigeon qui es-tu ?

Un animal,

lequel ?

Le pigeon, l’animal et non l’insulte peu élaborée qui signifie de manière méchante qu’une personne est très naïve et légèrement conne sur les bords. 

Pourquoi parler du pigeon ? Car c’est un animal plein de charme, qui chaque jour passé à Paris me sidère un peu plus. Cela change des mouettes ou des goélands des côtes bretonnes. Il est mystérieux, imprévisible, audacieux. L’Homme urbain se pose de nombreuses questions tout à fait légitimes sur qui est cet animal : le roi de la jungle parisienne ? Où sont les bébés pigeons ? Où sont les retraités ? Est-ce qu’ils vont nous envahir ? 

Deux bébés pigeons,


Pour pouvoir répondre à ces interrogations primordiales de notre société nous allons retourner aux origines. 
D’après le site universalis c’est un : « Oiseau de taille moyenne au corps dodu, herbivore, cosmopolite, bruyant, aux mœurs grégaires, vivant dans tous les milieux boisés. »1
Il pèse en général entre 500 et 800 grammes, tout un corps constitué des déchets urbains qu’ils ingurgitent à longueur de journée. Il vit entre 5 et 10 ans, dans une niche perchée en haut d’un arbre ou creusée dans une surface rocheuse. Il est estimé qu’il existerait environ 300 espèces de pigeon, cependant seul trois habitent la capitale :
« – le pigeon biset de ville, également nommé pigeon domestique ou pigeon voyageur (Columba livia), 
– le pigeon colombin (Columba œnas),
– le pigeon ramier, également appelé palombe (Columba palumb) »2

Tout ça ne sont que des faits peu intéressant, assez de blabla passons à la véritable histoire du pigeon, une histoire de découverte, une histoire tragique, une histoire d’amour qui vire peu à peu dans un drame sanglant. Entre l’homme et le pigeon.En effet, le pigeon est étroitement lié avec l’homme. Je vais essayer de vous conter cette fabuleuse histoire.

Une longue histoire,

Remontons dans le temps, les fossiles de pigeons les plus anciens remontent à plus de 310 000 années, il est donc légèrement plus jeune que l’Homme. Pourtant cela ne l’a pas impressionné, c’est lui qui a fait le premier pas. L’atout de l’homme était les cultures de céréales, elles ont immédiatement plu aux pigeons. Ils se sont alors rapprochés de l’Homme pour pouvoir se nourrir sans effort. Naturellement, l’Homme a vite trouvé un intérêt à cet animal, il a alors commencé à être domestiqué avec la création de pigeonniers.3
Nous avons donc accepté sa présence dans un premier temps, et même loué ce petit être dodu, pour aujourd’hui le rejeter, le haïr. 

Il avait trois grandes utilités, la première venait de sa chair, oui le pigeon est comestible et il se mange très bien, en témoigne la scène du dîner dans La légende de Zoro (2005).4
Et grâce à sa reproduction efficace et son besoin en nourriture très peu exigeant, une cage de pigeon était souvent prise pour les longs voyages en mer, un menu de qualité pour un voyage palpitant. 
La seconde utilité plus connue, celle de transmettre des messages. Le pigeon voyageur existe car un pigeon revient toujours là où il a été éduqué. C’est ainsi que les pigeons sont devenus des pigeons voyageurs, capables de traverser les fronts, bravant les tempêtes, luttant contre la fatigue, ils arrivent toujours à délivrer leur message. 

Le pigeon guerrier,

Alors, en Égypte antique, avec les grecs, les perses, toutes les civilisations ont utilisé les pigeons comme un messager de guerre, de commerce… Par ailleurs, lors de la Première Guerre Mondiale un pigeon a eu son heure de gloire.5
Cher Ami était son prénom. 

Cher Ami, Héros du bataillon,


Nous sommes le 3 octobre 1918, neufs compagnies de la 77ème division d’infanterie américaine sont encerclées par l’armée allemande, malheureusement les alliées mal informées tirent aussi sur leurs amis. Elles sont donc bloquées entre deux feux, 550 hommes dont la vie va bientôt prendre fin. Durant deux jours ils résistent tant bien que mal. Et dans un dernier élan d’espoir, alors que déjà 300 hommes sont morts, Charles Whittlesey un des soldats américains envoie un premier pigeon pour prévenir les alliés puis un second qui tout deux sont froidement abattus par l’armée allemande. Il essaye une dernière fois avec le meilleur des meilleurs, Cher Ami, né au Royaume-Uni, entraîné par l’armée américaine, il est prêt. Prenant son envol avec à la patte gauche un message censé sauver les hommes restants, ce message dit : « Nous sommes le long de la route parallèle au 276.4. Notre propre artillerie fait un tir de barrage sur nous. Pour l’amour du ciel, arrêtez ! ». Son trajet ne sera pas sans encombres, les Allemands l’aperçoivent et ouvrent le feu sur ce brave pigeon. Pendant plusieurs minutes il esquive les balles comme moi esquivant le travail que j’ai à faire pour la rentrée en écrivant un article sans grand intérêt. 
Malgré son habileté il est touché, mais il ne ressent rien, il reprend son vol et il parcourt les 40 kilomètres à une vitesse fulgurante à environ 90km/h, il est récupéré par les Alliés. Il a délivré son message, touché à la poitrine et à l’œil, une patte abîmée, le plumage en sang. Il est le héros de la 77ème division d’infanterie américaine grâce à lui 200 hommes furent sauvés. Lui aussi fut sauvé, les médecins le soignèrent. Toutefois, il décéda de ses blessures un an plus tard le 13 juin 1919. À son retour aux États-Unis, il reçut diverses médailles, il est décoré de feuilles de chênes (6), de la croix de guerre (7), de la médaille d’or donnée par la Organized Bodies of American Racing Pigeon Fanciers. Aujourd’hui son corps est empaillé et repose à la Smithsonian Institution. 
Bien sûr c’est un exemple parmi d’autres de nombreux pigeons qui se sont illustrés pendant les guerres de l’Homme. Le pigeon fut toujours fidèle aux Hommes, et nous en avons profité, nous l’avons manipulé et nous nous sommes servis de lui. 

Une utilité moins noble,

Enfin la dernière utilité ce sont leurs déjections riches en azote et en acide phosphorique c’est un engrais de très bonne qualité. Malheureusement, la science faisant des progrès cette utilité fut vite abandonnée et leurs excréments furent délaissés pour des produits chimiques plus efficaces. 

Le retour de flamme,

D’abord aimé pour leurs rejets, le pigeon est maintenant détesté pour cela. On compte environ 100 000 pigeons à Paris, une population qui tend à se stabiliser. Le volume d’excréments de pigeons atteignant les 12 kilos par an, cela fait donc 1 200 000 kilos de fientes par an à Paris. De couleur verte, marron, noire, blanche c’est une catastrophe pour les bâtiments, l’acidité attaque les pierres des différentes constructions historiques au sein de Paris. De plus cela salit les murs et les sols, et, toujours sous la menace d’un bombardement, s’asseoir sereinement sur les tables du Panthéon est devenu un rêve. Alors nous voilà à détester cet être que nous avons pourtant tant aimé. 
Encore une fois, l’homme est à l’origine du problème. 
C’est lui qui a exploité puis domestiqué le pigeon et aujourd’hui c’est toujours lui qui le nourrit volontairement ou involontairement. Pourtant c’est aussi lui qui éprouve une haine incommensurable envers ce petit animal essayant comme il peut de survivre face à la folie de l’homme. 

Une domination nette,

Miroir de notre propre perte,

Avez-vous déjà vu des pigeons avec une patte en moins ? Qu’avez-vous ressenti ? De la honte ? Vous auriez dû car c’est de notre faute. Les pigeons estropiés sont des victimes de la pollution et d’une mauvaise gestion des déchets de l’homme. En effet, il a été remarqué (8) que les pigeons sont plus fréquemment mutilés dans les quartiers où la pollution et la densité humaine sont importantes. Et si ils continuent de vivre dans les villes c’est parce que on les nourrit.
Donc le pigeon est le miroir de la stupidité et de la saleté de l’homme. En le voyant, sale, estropié, on ne constate que l’état de notre environnement. Nous sommes responsables de notre propre ennemi. Si nous étions plus propre, que les déchets étaient mieux récoltés, triés, et si nous ne donnions pas à manger aux pigeons, alors il disparaîtrait des villes, une sorte d’éradication douce.
Mais non, au contraire, il prospère et nous attendons patiemment le moment où nous vivrons sous un nuage de fientes vertes, noires et marrons. 

Sources :
1, https://www.universalis.fr/encyclopedie/pigeon/
2,https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwiGtv7hro72AhVOCxoKHRp9Co0QFnoECAUQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.paris.fr%2Fpages%2Fpigeons-demelez-le-vrai-du-faux-sur-ces-oiseaux-des-villes-7515&usg=AOvVaw0_5st8M3hZlYGCY8lNB-BF
3, Petit bâtiment aménagé pour l’élevage des pigeons domestiques.
4, https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=video&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjGjdCJuI72AhUC1xoKHXNrC7IQtwJ6BAgMEAI&url=https%3A%2F%2Fgetyarn.io%2Fyarn-clip%2F6642154a-0a5a-43cb-8bd3-cd5cfbbd543a&usg=AOvVaw2NHiWT__WZzZqPudUUf88f
5, https://www.lefigaro.fr/histoire/cher-ami-heros-aile-du-bataillon-perdu-20210719
6, petit insigne en métal porté par les membres de l’un des sept services en uniforme des États-unis. 
7, La croix de guerre 1914-1918 est une décoration militaire française attribuée pour récompenser l’octroi d’une citation par le commandement militaire pour conduite exceptionnelle au cours de la Première Guerre Mondiale
8, https://www.mnhn.fr/fr/resultats-de-la-recherche?search_api_fulltext=le+pigeon+


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.