« VORTEX » par Phia Ménard

Il fait froid à Paris. Je prends la ligne 9 du métro, je descends au Trocadéro. Je vais au théâtre de Chaillot, pour assister au spectacle “Vortex” de Phia Ménard (grâce à notre chère Madame D., responsable du programme culturel cpessien). La proposition logique dans ma conscience lors de la prise de décision : “Chaillot = spectacle de danse, or, danse et ballet = j’aime”. Ainsi, je me retrouve dans la salle Firmin Gémier de ce grand établissement, sans m’être informé d’une quelconque manière sur cette représentation, sans me dire quoique ce soit sur elle. A jeun en quelque sorte. 

Rien ne se passe comme prévu. Un ébranlement sensoriel. L’expérience de perceptions des plus primitives, des plus brutales, mais pas que. Il peut amener le spectateur à la pensée, réflexive et critique, des différents composants du monde environnant : en somme, de notre condition d’existence. Un exercice méditatif qui paraît plutôt intellectuel (ou qui le prétendrait), pourtant permis par la sensorialité. 

Le protagoniste est radicalement, rigoureusement, dévoilé dans sa confrontation on ne peut plus fracassante au réel. Ainsi pourrions-nous élucider l’objet principal sur lequel cette œuvre magistrale arrête son attention. Le sujet, c’est nous tou.te.s. Plus qu’une transposition, il y a identification entre la personne humaine que nous sommes et le personnage.  

Nous désignons souvent les spectacles de danse, théâtre et autres pratiques performatives, par le terme “représentation”. En l’occurrence, « Vortex » invite à découvrir toute sa puissance génératrice. Celle-ci permet au spectateur de s’affranchir du cadre spatio-temporel. Du lieu d’expression qu’est la salle Gémier d’une part. Du temps vécu au quotidien, accéléré par l’outil numérique, d’autre part. 

“Nous n’inventons rien, nous le voyons différemment”. Telle est la déclaration inscrite sur le site officiel de la Compagnie Non Nova, fondée par Ménard il y a 23 ans. Se situe dans celle-ci sans doute la pleine signification de son œuvre. Je ne peux vous en dire plus.  

De manière générale, il semble important de se renseigner sur un spectacle avant d’y assister. S’informer sur le processus créatif, sur un éventuel héritage historique, sur l’appartenance possible à un courant littéraire ou artistique, sur l’institution qui permet à l’œuvre d’être produite. Exceptionnellement, je suis heureux de ne pas l’avoir effectué. Et je vous le déconseille très fortement. Vous ne connaissez pas Ménard ? Quelle chance avez-vous là ! Prenez un vélib’ (il faut être écolo, toujours) et remontez l’avenue du Président-Wilson, direction Trocadéro, sans attendre.  

Etes-vous également frigorifié.e.s dans ce grisâtre parisien ? Allez donc faire l’expérience “Vortex” : https://theatre-chaillot.fr/fr/saison-2021-2022/vortex. La place est à 14€ pour les 18 / 27 ans, de 12€ pour les moins de 18 ans (si vous êtes du genre à Flex dans l’internat d’H4, étant mineur.e). Les séances se tiennent à 20h30 pour aujourd’hui (jeudi 25/11/21), 1h plus tôt demain et après-demain (26 et 27/11/21).  

Si vous avez le temps de me lire, vous en avez certainement pour vous confronter à l’énergie made in Ménard. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.